PAC 2020 : le futur Parlement européen devra revoir toute la copie

CapturePAAC.JPG

Les eurodéputé-e-s de la commission agriculture du Parlement européen n’ont pas saisi l’occasion qui leur était offerte de demander à la Commission européenne de revoir en profondeur son projet pour la prochaine PAC. La position adoptée par la commission agriculture conforte ainsi la logique de l’actuelle PAC favorisant l’agrandissement et pousse vers un modèle d’agriculture « high tech », synonyme de peu de paysan-ne-s, de beaucoup de dettes et de dépendance.

En démantelant les faibles propositions de plafonnement, en limitant fortement la portée de la majoration des premiers hectares et en fixant un montant d’aide aux petites fermes totalement inadapté à leur réalité, la « Com Agri » tourne le dos aux enjeux sociaux et environnementaux auxquels doit répondre la prochaine PAC.

De vraies politiques de régulation, moins gourmandes que les aides directes en argent public, doivent être ré-initiées sous peine de continuer dans une politique de dépenses à fonds perdus.

La Confédération paysanne exige une toute autre répartition des aides, un plafonnement obligatoire par actif à 45.000 euros, une revalorisation significative du paiement redistributif dès les premiers hectares et un soutien conséquent qui reconnaisse la réalité et la multifonctionnalité des petites fermes.

La PAC ne peut plus se permettre de financer un plan social paysan !

La Confédération paysanne appelle donc le futur Parlement européen à revoir en totalité la copie de la « Com Agri » pour construire une PAC en faveur de l’emploi paysan et d’une transition vers l’agriculture paysanne, projet qui répond aux attentes sociétales et environnementales des paysan-ne-s et des citoyen-ne-s.

Livret « POUR UNE PAAC POST 2020 AU SERVICE DES PAYSANS, DES CITOYENS ET DES TERRITOIRES » (4p)